Free access
Issue
Lait
Volume 1, Number 9, 1921
Page(s) 434 - 442
DOI http://dx.doi.org/10.1051/lait:1921929
Lait 1 (1921) 434-442
DOI: 10.1051/lait:1921929

A propos du paiement du lait "à la matière grasse"

C. PORCHERa and E. VITOUXb

a  Professeur à l'Ecole Vétérinaire de Lyon
b  Chimiste Principal au Laboratoire Central de la Répression des Fraudes

Résumé - Pour nous résumer, nous dirons que le paiement " à la matière grasse " ne saurait équitablement servir de base unique aux contrats d'achat du lait ; tout doit être payé dans le lait, quoi qu'on en fasse, les éléments non gras aussi bien que la matière grasse ; chacune de ces deux parties a sa valeur propre ; ne tenir compte que de l'une et négliger l'autre, c'est, industriellement, une faute. Matière grasse et extrait dégraissé doivent, en outre, n'être jugés que dans un lait propre dont la " fraîcheur " sera affectée d'un coefficient déterminé.
Sur ce dernier point l'intérêt du producteur est encore très particulièrement été à celui de l'industriel, puisque seul le lait propre permet:
1° De limiter au minimum les pertes de matière première, surtout pendant les périodes défavorables à la conservation du lait en nature.
2° L'obtention de produits manufacturés d'une qualité irréprochable